53 montée de la Grande Côte / 69001 LYON
Tél. 04 78 61 21 79

 

Keskon a ri

Bonjour a tous, Il faut kon vous dise, quand même, kon a bien ri tout au long de l’histoire de la « Ka’Fête ô mômes ». C’est sûr, il s’en est passé des choses depuis la naissance de l’idée en mai 2007 jusqu’à notre ouverture du 20 Juin 2009. Entre le montage du dossier, les demandes de subventions, les recherches de locaux, les travaux, etc… Que de péripéties, déceptions, bonnes surprises et discussions à trois heures du matin ou la fatigue prenait le dessus et nous faisait rire de rien. La découverte des locaux du 53 Montée de la grande côte fut un grand moment, car à cet instant, nous avons pris conscience que le rêve allait devenir réalité !!!

La boum des rois, en janvier 2014, un gros succès !!

Article posté le 1 mars 2014

La boum des rois !!


C'était en janvier 2014, pour l'épiphanie, une cinquantaine de personnes, enfants et parents, sont venus mettre le feu au dance floor de la Ka'fête ô mômes !!
Ambiance de folie avec DJ Funky Bibi !!


DJ Funky Bibi chauffe la salle avec le premier arrivé sur le dance floor

 











Les potes !!


Soyez le premier à commenter

Des photos, plein de photos !

Article posté le 15 novembre 2009

Le premier jour d’ouverture

la première ouverture

Sébastien plante son potager de Filo à l’Inauguration

Les derniers préparatifs, le jour J est proche, et on l’attendait depuis plus de deux ans, le stress monte !

dernier inventaire les premiers cakes sont prêts !


Soyez le premier à commenter

La poésie de la Ka’fête ô mômes par Cocteau Mot Lotov

Article posté le 15 octobre 2009

L’histoire slamée de la naissance de la Ka’fête ô mômes

Par Cocteau Mot Lotov – 15 septembre 2009

Quel est le sens de la vie ?

Pourquoi on se bouge pour quoi on agit ?

A quoi dépense-t-on son énergie ?

Fait-on les choses pour soi ou pour autrui ?

Moi je fais de la poésie

des rimes, des mots posés sur ce que je saisis

et aussi je pose ma prose sur ce que l’on me propose

Ça élargit mes connaissances

et aujourd’hui

je veux parler d’une naissance

La naissance d’un beau bébé, un gone, un môme

Il a bonne mine, il rayonne, il est plein d’arômes

En fait il est magnifique ce bambin

Si jeune et déjà ouvert aux autres

Les parents aussi vont bien

Les 4 parents

Oui ce bébé a 4 parents

Un gars, Philippe

Et 3 filles Carine, Armelle et Valérie

Messieurs je sais ce que vous vous dites

1 gars, 3 filles, ce Philippe est verni

A croire qu’aujourd’hui tout est permis

Et c’est vrai que les temps ont changé

Et les bébés passent aujourd’hui directement par la case « famille recomposée »

Ces 4 parents dynamiques

sont aujourd’hui un peu fourbus

Une naissance c’est toujours physique

Et là au niveau bilan traumatique

il y a eu pieds cassés, cervicales fracturés, cous bloqués

Mais finalement ça a été un accouchement dans la couleur

La couleur verte

Parce que c’est un bébé tout vert

La couleur verte

Celle d’un avenir plus prometteur

Mais je ne fais pas de politique

Même si la campagne des régionales est déjà ouverte

Philippe, Carine, Armelle et Valérie

ont planté ensemble la petite graine

Un jour à la terrasse d’un café

Messieurs arrêtez de faire du mauvais esprit

En fait vous l’avez compris

ces 4 parents sont 4 z’amis

Et la petite graine, c’est une envie, un désir

enfin… une idée qui a germé

L’envie d’un lieu de rencontre et d’ouverture

dans une société qui semble de plus en plus fermée

Une idée, un café familial et le début d’une aventure

Un café familial

Un lieu dont parents et enfants

peuvent profiter à parts égales

Un restau où on se régale

Un espace où les jeux s’étalent

Les parents boivent un coup

pendant que les enfants jouent

ou lisent une histoire

On peut prendre un apéritif au bar

pendant que les enfants lisent un bouquin

au lieu de jouer à la terrasse d’un café

avec un bâton dans le caca de chien

C’est le début de l’histoire

l’idée est là, petite comme un grain de sel

Pour l’instant c’est juste une sorte de spermatozoïde intellectuel

qui va chercher a fécondé son territoire

Des questionnaires sont distribués

dans le quartier

pour savoir si les gens sont intéressés

si ça peut marcher

Dans d’autres villes ça existe déjà

Ici il y a plein de gens, de jeunes

des énergies et aussi « y a d’la joie »

Alors pourquoi pas ?

Il n’y a aucune raison que cela capote

l’idée avance, la graine pousse

mais faut avant tout trouver un nom à cette inspiration

C’est compliqué un nom

faut que ça sonne bien, chercher la différence

mais que ce soit parlant, sympa et tendance

Philippe Armelle Valérie et Carine,

font une méga séance de brainstorming

pour une bonne formule à choper

Dans ce genre de séance il y a  beaucoup de déchets

et voilà les noms auxquels vous avez échapper

D’abord, comme on est à Lyon

toutes les déclinaisons autour du gone

« un kaf, des gones et vous »

« cafetagones »

« au pays des gones et compagnie »

« la tribu des kangourous », ambiance didjeridoo

« tous les gones sont dans la nature »

Si tous les gones sont dans la nature

Il faut vite les ramener à la maison

« cafetarium »

Mais il y a un côté tuberculeux

on aurait eu l’impression d’aller au sanatorium

« des mômes, des gouts et des couleurs »

Bon ça, ça ne se discute pas

« le mômagique »

Ça c’est la fausse bonne idée

« l’oiseau fait son nid »

Là, on sait pas de quoi ça parle

« la kafeteatoto »

On croit que c’est une blague

Et après beaucoup d’efforts

tout le monde tombe d’accord

sur « Ka’fête ô mômes »

Voilà un joli nom

et en août 2007 c’est la naissance de l’association

et pour Valérie Philippe Armelle Carine

la quête d’un local commence

la recherche d’une vitrine

l’espoir d’un coup de chance

Comme on est à Lyon, pas de surprise

on leur conseille d’abord d’aller à l’église

mais les recherche de locaux

auprès des congrégations religieuses

se révèlent infructueuses

Ils espèrent un miracle

se mettent à rêver

à la maison du réseau santé de la rue de Crimée

mais rien n’est simple et il va encore falloir trimer

Les énergies se focalisent

à la recherche d’une folle occase

la course à la case

On cause à tous ceux qui connaissent le coin

On localise

volets fermés, rez-de-chaussée abandonnés

Le quartier est scruter, quêter, quadriller, cocher

Il paraît même qu’ils étaient prêts à coucher… dehors

pour trouver l’affaire en or

Mais Armelle Carine Valérie et Philippe

ne bloquent pas sur le local

Être sans savoir où se mettre

telle est la question qui se pose à l’équipe

Même sans local

il faut exister, se faire connaître

se montrer dans le périmètre

présenter le projet, faire des plaquettes

et faire passer le message

à la criée public « on cherche un local »

à mai 2008 « on cherche un local »

au parc Sutter « on cherche un local »

à vogue la galère « on cherche un local »

Et ils ont cherché, rêvé, visité

une pizzeria rue de Belfort

ils ont cru que c’était oui

des bureaux rue Hénon

et finalement c’était non

La maison du Rhône rue de Belfort

ils ont cru que c’était oui

un atelier rue d’Isly

et en fait c’était mort

Dans cette longue liste

il y a même eu un cabinet de dentiste

Mais qui imagine amener sa progéniture

dans un ancien lieu de torture ?

Et tout d’un coup ça s’accélère

un coup de pouce de Mme le maire

du 1er, ça s’accélère

parce qu’un bail vient juste d’être signé

dans le 4è, rue Dumenge

et en 24 heures les choses bougent et s’arrangent

autrement

La mairie du 1er appelle

pour visiter un local de l’opac du grand Lyon

(« grand Lyon habitat » on dit maintenant)

sur les pentes

C’est dément

Le lieu est idéal

deux magnifiques terrasses

les pièces ont de l’espace

l’artère est piétonne

franchement ça cartonne !

Y en a pas un qui hésite

Allez on se désiste

Bye, bye la rue Dumenge

Adieu le plateau

Sur les pentes c’est plus beau

et un peu moins bobo

même si là aussi ça change…

Et voilà la k’fête devient l’hôte

de la montée de la grande côte

Mais il y a du boulot, tout est à faire

on rameute la famille, on appelle les potes

Nous sommes en novembre 2008

maintenant, faut que ça aille vite

On sort les masses, on casse des briques

Le groupe d’électro-gène fait une drôle de musique

Les imprévus et les soucis s’invitent

les délais se délitent

et pour terminer les travaux

il ne faudra pas 5 mois comme prévu, mais huit

Huit mois le temps pour Valérie Carine Philippe et Armelle

de manier les pinceaux et les truelles

et d’apprendre plein de nouveaux métiers

peintre, maçon, gestionnaire, menuisier, cuistot, chef de chantier

Et au bout de huit mois ça y est !

Mais avant d’ouvrir on voudrait que tout soit parfait

on a peur, on hésite, on flippe

mais un cafetier du coin a dit à Philippe :

« si tu veux ouvrir à la perfection, tu n’ouvres jamais ! »

Alors 19 juin, préparation

des premiers repas pour l’ouverture du lendemain

Jusqu’à 2 heures du matin

ils font les dernières finitions

et le 20 juin c’est le moment de chanter

« we are the champions »

La k’fête o mômes est ouverte !

et vive la couleur verte !

Je sais ce que vous vous dites

mais je vous jure

que ni moi ni la k’fête o mômes

ne sommes sponsorisés par Daniel Cohn-Bendit

Mais cela dit, c’est vrai

de la gestation à la gestion

pour donner vie à ce bébé

il a fallu monter des dossiers

avant de s’adosser à la montée de la grande côte

Monter un tel projet pour la progéniture et pour leur géniteur

cela ne marche que si on est

aidé, soutenu, subventionné

et Armelle Philippe Carine et Valérie

ont été aidé, soutenu, subventionné

par Emergences, la région, RDI

fondation de France, la mondiale et Vinci

sans oublier 1er et 4è les mairies

mais forcément on en oublie

si on doit penser à tous ceux qui méritent un grand merci

pour les coups de mains grands ou petits

Quand ils stressent, ils appellent Julie à la CRESS

Ça veut dire chambre régionale de l’économie sociale et solidaire

parce qu’ici c’est pas vraiment l’esprit trader

On veut faire vivre une économie, pouvoir sortir des salaires

mais on ne cherche pas les 15% de rentabilité financière

Ici c’est pas « travailler plus pour » vous connaissez la suite

(je préfère « travailler moins pour lire plus » sur l’affiche d’A titre d’aile)

Ici c’est aller travailler comme on sort prendre l’air

Ici, pas de dépenses somptuaires, si on peut on récupère

comme la terrasse offerte par le terrier du lapin blanc

Ce qui est bien des fois ici, c’est que la générosité ne fait pas semblant

La croix-rousse est un ventre fécond

Ici depuis longtemps, c’est une tradition

s’inventent les formes d’entraide et de solidarité

ce que les politiciens appellent aujourd’hui

dans leur langue de bois à la lèvre qui tremble

« le vivre ensemble »

Il y a une histoire derrière tout cela

L’histoire de la croix-rousse

Coopération, mutualisme, syndicat

« Le Commerce véridique et social »

coopérative de consommation

répartition des bénéfices, recherche d’idéal

soucis de la qualité des produits vendus

démocratie et transparence de la gestion

associations ouvrières fraternelles

Cet esprit ne s’est pas totalement perdu

et aujourd’hui il s’appelle « écolo, bio, multiculturel »

Ici existe une vie de quartier

ici on cherche le lien

et la k’fête o môme va bien avec cet esprit croix-roussien

La croix-rousse est un ventre

un ventre fécond

qui maintient vivant un petit air de révolution

La Croix-Rousse est un ventre

et elle n’est pas à vendre, elle est à partager

J’évoque la mémoire des luttes ouvrières

des créations populaires

mais nos 4 parents

Philippe Carine, Armelle et Valérie

Plein de rêves, d’utopies

ont aussi du garder les pieds sur terre

pour construire leur paradis

et passer par des budgets prévisionnels, des études financières

Ils ont été coachés, challengés, managés

et c’est pour ça que maintenant

ils peuvent vous proposer ce projet gagnant-gagnant !!!!!

Ou comme dirait les enfants « gaga gnangnan »

Et oui, c’est ça la vie !

On rêve d’un lieu magique, parfait

accueillant, chaleureux, on l’on mange bien

parents et enfants réunis

et on se retrouve à juste vouloir atteindre le prix moyen

comme n’importe quel restaurateur Croix-Roussien

Parce que dans 3 ans c’est l’âge de raison

il faudra voler de ses propres ailes

c’est-à-dire vivre sans subvention

Ca va marcher, y a pas de raison

Vous avez visité l’intérieur !

Tout est bien pensé

Il y a au plafond

des triangles ou des ronds

qui indiquent les espaces jeux ou restaurations

Vous avez constaté que le bar

est étudié pour avoir une perspective d’ensemble

pouvoir surveiller ces enfants, les voir

sachant qu’au final votre niveau d’attention

votre capacité de surveillance

va dépendre de la quantité d’alcool que vous allez boire

Mais la k’fête vient d’ouvrir

Et l’équipement n’est pas fini

Le meilleur est à venir

Il y aura bientôt une vidéothèque

avec tous les DVD de Supernany

mais si ! pour occuper les enfants à la garderie

quoi ? j’ai dit une connerie !?

Au départ 4 parents, huit enfants

le jour de l’ouverture 73 adhérents

Estelle qui a rejoint les rangs

au fil du temps, ça grandit

et aujourd’hui ……. Adhérents

un pédibus qui amène les enfants de maternelles à destination

de la garderie périscolaire

pour profiter d’un goûter fait maison

vraiment, la k’fête a tout pour plaire

Aujourd’hui 15 septembre c’est l’inauguration de la K’fête ô mômes

tout le monde voulait être présent, même l’automne

Maintenant ce bébé

c’est à chacun de le faire grandir

de le nourrir et lui permettre de s’épanouir

Il a 4 parents

100 parrains

et des milliers d’amis

de belles perspectives d’avenir

Plus je le vois

plus je me dis qu’il a tout pour réussir

Philippe, Carine, Armelle et Valérie

4 z’amis une envie qui s’enclenche

Des discussions infinies

Des gamberges, des nuits blanches

Merci pour cette énergie

qui vous a fait créer, procréer un lieu

qui est bien parti pour embellir nos vies

en tout cas, il a enrichi ma poésie.

Cocteau Mot Lotov – Lyon – septembre 2009

www.latributduverbe.com


Soyez le premier à commenter

.